Formation pro

Bilan de compétences : utilité, prix, conditions d’éligibilité et fonctionnement

Le 4 mai 2021 — 12 minutes de lecture
Bilan de compétences

Si vous voulez faire le point sur vos perspectives professionnelles, le bilan de compétences est sûrement l’outil dont vous avez besoin. Il permet d’accompagner votre parcours professionnel en identifiant vos motivations, vos aspirations, vos aptitudes et vos besoins. Il s’agit même d’un droit prévu par le Code du Travail. Si de tels avantages vous intéressent, cet article vous sera certainement nécessaire.

Le bilan de compétences est un outil qui permet d’analyser et de déterminer de manière concise vos compétences professionnelles et personnelles. Il favorise votre prise de conscience sur vos réelles aptitudes et motivations. Votre vie professionnelle correspond-t-elle à vos attentes ? Quels changements aimeriez-vous réaliser pour vous sentir plus satisfait et pour rendre un équilibre parfait entre votre carrière professionnelle et votre vie personnelle ? Le bilan de compétences aide à répondre à ces genres de questions. Si vous voulez booster votre carrière tout en respectant vos désirs, le bilan de compétences est l’outil qu’il vous faut. De quelle manière opérer ? Nous vous disons tout dans cet article.

Bilan de compétences : à quoi ça sert ?

Les bilans de compétences existent dans la législation française depuis plus de 30 ans. Il s’agit d’une action qui est principalement destinée aux personnes engagées dans la vie active ou qui s’y engagent. Selon l’article L900-2 du Code du Travail, il permet « d’analyser leurs compétences professionnelles et personnelles ainsi  que leurs aptitudes et leurs motivations, afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation ». Afin de décortiquer et d’expliquer un à un les utilités des bilans de compétences, nous allons d’abord voir la définition exacte de ce mot.

Qu’est-ce qu’un bilan de compétence ?

Une chose est sûre : le bilan de compétence est une démarche réalisée par un salarié ou un travailleur indépendant. Quel que soit le métier, tout le monde peut faire un bilan de compétence. Cependant, un certain nombre d’idées reçues pourrait confondre la véritable nature de cette démarche. En fait, pour savoir réellement ce qu’il en est, il est important de connaître ce qu’il est et ce qu’il n’est pas.

Ce qu’il n’est pas. Ce qu’il est.
Evaluation personnelle par rapport à une norme ou une autre personne. Evaluation personnelle par rapport à ses propres désirs et aptitudes.
Epreuve de sélection pour rentrer dans un domaine, un concours ou un recrutement. Démarche volontaire pour l’unique intérêt bénéficiaire.
Mise en situation pour vérifier votre comportement face à une situation précise Le bénéficiaire reste le seul maître des démarches et des activités proposées par le bilan.

Pour faire simple, le bilan de compétence est engagé par la personne qui y a intérêt. Toutes les activités proposées par le bilan restent sous le contrôle du bénéficiaire. Et enfin, les résultats obtenus ne seront utilisés que par le bénéficiaire. Bref, le bénéficiaire constitue le cœur même de toute la démarche.

Les utilités du bilan de compétences

Comme le précise l’article L900-2 du Code du Travail, le bilan de compétences procure divers intérêts à la personne qui le réalise. En fait, si vous envisagez de postuler pour un autre métier, ou que la reconversion professionnelle vous tracasse l’esprit depuis quelque temps, vous devez d’abord faire un bilan de compétence avant de prendre toute décision. Il vous permettra de réaliser vos réelles attentes face à vos réels besoins. Il guidera votre jugement pour qu’il soit à son apogée, tout pour votre bien professionnel et pour votre intérêt personnel.

En d’autres termes, le bilan de compétences permet de :

  • Augmenter la confiance et le courage des candidats quand ils sont dans un contexte de travail difficile ou dans une période d’inactivité professionnelle.
  • Regarder les actions passées afin de mieux propulser les décisions à prendre.
  • Se connaître un peu mieux: avoir de l’assurance dans les actes et de la tranquillité dans ses pensées.
  • Se préparer activement à la réussite professionnelle.

La plupart de ces bénéficiaires qualifient le bilan de compétence comme une véritable bouteille d’oxygène qui ravive les idées. Avec cette démarche, les risques de mauvaises décisions ou de regret sont très minimisés, voire même anéantis. C’est à la fois un soufflet de conseil en évolution et une source de motivation qui assure un parcours professionnel optimisé.

Les différents types de bilans de compétences

Il existe différents types de bilans de compétences. Que vous soyez salarié du secteur privé ou public, ou tout simplement un demandeur d’emploi, le modèle de bilan à engager doit correspondre à votre situation professionnelle. Le premier entretien qui sera réalisé avec la personne concernée permettra de définir si ce dernier a besoin d’un :

  • Bilan pour salarié
  • Bilan approfondi pour les personnes à la recherche d’emploi
  • Bilan spécifique pour les cadres
  • Bilan propre aux seniors
  • Bilans pour les travailleurs handicapés
  • Bilan pour le maintien dans l’emploi
  • Bilan pour préparer sa retraite

Quoi qu’il en soit, le bilan de compétences vous permettra de gérer de manière efficace votre carrière, pour qu’il soit satisfaisant et épanouissant.

Comment fonctionne un bilan de compétences ?

Pour qu’un bilan de compétences soit engagé, la personne concernée doit répondre à certaines conditions d’éligibilité. Une fois que tous les règlements ont été respectés, la phase préliminaire du bilan peut commencer.

Les conditions d’éligibilité

Le droit de prendre l’initiative de réaliser un bilan de compétences est une liberté accordée aux salariés par le Code du Travail. Comme nous l’avons mentionné dans les lignes ci-dessus, le bilan ne peut commencer qu’avec la volonté de la personne concernée, même quand il a été suggéré par son employeur. Dans le cas où c’est l’employeur qui a fait la demande auprès de l’organisme spécialisé, le salarié est en droit de l’autoriser ou de le refuser dans un délai de 10 jours.

Toutefois, même si le salarié accorde ce droit à la formation, il est tenu de respecter les conditions d’accès suivantes, selon sa situation :

  • Pour un salarié en Contrat à Durée Indéterminée : avoir au moins 5 années de salariat, dont 1 année dans l’entreprise actuelle.
  • Pour un salarié en Contrat à Durée Déterminée : avoir au moins 24 mois de salariat durant les 5 dernières années, dont 4 mois au cours des 12 derniers mois.
  • Pour un intérimaire, la loi prévoit deux possibilités d’accès : avoir au moins 5 ans d’ancienneté avec plus de 2 028 heures pour l’entreprise de travail temporaire concernée par la demande, ou avoir bénéficié du statut d’intérimaire durant au moins 3 ans dont 1 année dans l’entreprise de travail temporaire actuelle.
  • Pour un fonctionnaire: avoir au moins 10 ans de service.
  • Pour un demandeur d’emploi de moins de 55 ans, au chômage depuis plus de 6 mois : avoir au moins 3 ans d’expérience.

Pour les personnes de plus de 45 ans, l’accès au bilan de compétence se fait automatiquement à la demande. Tel est également le cas des salariés ou des demandeurs d’emploi qui possèdent plus de 20 ans d’ancienneté.

Pour les étudiants, les bilans de compétences sont moins réglementés et moins institutionnalisés. S’ils veulent définir leur personnalité ou déterminer l’orientation qui leur convient, l’accès aux tests en ligne proposés par les nombreux sites web est illimité. Ayant à peu près les mêmes aspirations que les bilans de compétences, ils sont plus communément dénommés « mini-bilans ». Ils permettent de mieux connaître leur profil professionnel, de mieux écrire les lettres de motivations et de se préparer aux entretiens d’embauche.

Il est à noter toutefois qu’une personne ayant réalisé un bilan de compétences ne peut réengager la même démarche qu’après un délai de franchise de 5 ans.

La première étape : la phase préliminaire

Un bilan de compétence dure 24 heures au maximum, divisé entre 5 et 8 entretiens de 2 à 3 heures par séquence. Il peut être accompli en dehors des heures de travail ou bien durant. Dans ce dernier cas, vous êtes d’informer votre employeur de votre initiative.

Le bilan de compétence est composé de 3 à 4 étapes, selon les besoins et les choix du bénéficiaire. Il est réalisé par un organisme extérieur à l’entreprise, c’est-à-dire, un centre de formation agrée.

La phase préliminaire est la première étape du bilan de compétence. Elle consiste à définir vos besoins et à vous proposer les méthodes préconisées pour le déroulement de la formation. Elle se réalise grâce à un entretien entre les deux parties : le bénéficiaire et le responsable du bilan.

La deuxième étape : la phase d’investigation

Cette deuxième étape se compose de plusieurs tests. Elle a pour but d’analyser votre parcours professionnel, d’évaluer vos compétences techniques et relationnelles, d’identifier votre potentiel d’évolution professionnelle et de mettre un mot sur votre degré de motivation et d’intérêt.

La troisième étape : la phase de conclusion 

Cette troisième étape marque la fin de l’entretien personnalisé. Elle consiste à exposer les résultats des tests et investigations au bénéficiaire à l’aide d’un document de synthèse. Elle permet également de mettre en exergue les pistes d’évolutions qui vous seront proposées. Grâce à ces rapports d’évaluation, vous serez en mesure de déterminer le projet professionnel que vous envisagez de concrétiser, en mettant en place un plan d’action adapté et pertinent.

La quatrième étape : la phase de suivi

Cette étape du bilan de compétence est totalement facultative pour les organismes de formation professionnelle. Suite à la réalisation des divers entretiens, certains d’entre eux vous proposent également le suivi. Il consistera à vous proposer un coach qui accompagnera dans la réalisation de vos projets. Cet expert vous conseillera sur les décisions à prendre, vous rappellera les résultats des tests et vous aidera à mieux exploiter vos aptitudes professionnelles.

Il est à noter toutefois que les données personnelles et le contenu des résultats resteront confidentiels entre les deux parties. Seule la personne concernée par le bilan de compétence aura le droit d’utiliser les résultats de ses tests comme bon lui semble.

Le prix et le financement d’un bilan de compétence.

Selon les estimations produites par LeParisien, un bilan de compétence coûte entre 1 600 et 1 800 € hors taxe. Il s’agit d’une somme assez capitonnant pour la majorité d’entre nous, mais il représente un investissement sur le long terme. Cependant, vous pouvez être partiellement ou intégralement dispensé du paiement de ce capital, dès que vous répondez à certaines conditions. L’Etat a mis en place différents moyens qui permettent de financer les bilans de compétences. Parmi eux, il existe : le financement partiel par Pôle Emploi, le plan de formation mis en place par l’employeur, le Compte Personnel de Formation ou CPF et le bilan de compétence Fongecif.

Le financement partiel par Pole Emploi

Si un demandeur d’emploi est inscrit à Pôle Emploi, il peut bénéficier d’un accompagnement professionnel et financier procuré par ce dernier. Dans certains cas, les salariés inscrits à l’institution peuvent également bénéficier de ce traitement de faveur. Le système mis en place par Pôle Emploi pour réaliser cette aide aux employés ou futurs employés est appelé : « Aide Individuelle à la Formation » ou AIF. Le financement permis par ce système peut être total ou partiel lorsque le bénéficiaire bénéficie déjà d’un financement partiel d’un autre programme.

Le Plan de Formation mis en place par l’employeur

Dans ce cas présent, deux situations peuvent se présenter :

  • Soit c’est votre employeur qui prend en charge le financement de votre bilan de compétence, par le biais du Plan de Formation.
  • Soit il fait payer le coût du bilan par l’OPCO, un Opérateur de Compétences qui ne réclame qu’un centime de cotisation régulière à l’entreprise.

Le Compte Personnel de Formation ou CPF

Si vous disposez d’un Compte Personnel de Formation (CPF), vous pouvez affecter le cumul de vos droits (en euros) au paiement de votre bilan de compétences, à condition que vous exerciez une activité professionnelle. Il s’agit d’un programme mis en place depuis 2015, et a pour objectif de remplacer le DIF.

Le réseau Fongecif

Le Fongecif est un Organisme Paritaire Agréé au titre du congé individuel de Formation (OPACIF). Le financement Fongecif permet de réserver un tiers de leur fonds pour la prise en charge des coûts de formation de leurs candidats bénéficiaires. Il peut être partiel ou total.

 

Bref, si vous traversez actuellement une période difficile au niveau professionnel, le bilan de compétences vous permettra de booster votre carrière en seulement 24 heures. Si ce sont les sous qui vous manquent, divers programmes ont déjà été mis en place pour alléger votre charge. Les organismes de formation n’attendent plus que votre décision.

Elodie

Spécialisée dans le coaching de carrière, Élodie fournit à ses clients un accompagnement complet dans le cadre d’une orientation ou d’une reconversion professionnelle. Elle a pour mission d’analyser leurs connaissances, leurs acquis, leur personnalité et leurs centres d’intérêt, afin de les aider à choisir le métier le mieux adapté à leur profil et à booster leur carrière.