Formation pro

Orientation professionnelle et reconversion : quelle formation suivre pour devenir cuisinier ?

Le 12 mai 2021 — 7 minutes de lecture
Cuisinier

Si vous souhaitez faire une reconversion pour devenir cuisinier, vous devez avoir les compétences requises par le métier avec ou sans apprentissage. Vous devez également connaître les différentes formations qui existent en la matière afin de préparer votre carrière dans une autre entreprise. Grâce à cet article, vous saurez tout ce qu’il y a à savoir sur la reconversion et orientation professionnelle.

Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration font partie des métiers d’avenir. Aussi longtemps que les vacances, les tourismes et les plaisirs gustatifs font partie des besoins de la population, cette catégorie de métier serait toujours prospère. Outre les compétences organisationnelles, les qualités en cuisine constituent la base de la réussite de ce marché. De plus, les cuisiniers disposent d’un large domaine d’application. Quelles compétences importent pour ce métier ? Quelle formation suivre pour acquérir ses compétences et quels sont les débouchés ?

Les qualités nécessaires pour le métier de cuisinier

À une autre époque, les arts de la cuisine étaient intégralement connus des femmes. Ils étaient transmis d’une génération à une autre dans le cercle familial. Mais aujourd’hui, l’ère est à la diversité, à la liberté et au professionnalisme. Grâce à une formation professionnelle, tout le monde peut maîtriser cet art. Le métier de cuisinier peut être attribué à une femme ou à un homme. Les formations en cuisine ont surtout été établies afin de former les passionnés de cet emploi à devenir des professionnels dans le domaine de la restauration. Elles permettent également d’acquérir les compétences nécessaires à la gérance d’un restaurant.

Les cuisiniers doivent avoir les qualités principales suivantes :

  • Être passionné de la gastronomie et des différentes tâches qui s’y réfèrent : la confection des menus, l’achat des produits, la réalisation des plats, le service des clients, etc.
  • Avoir de la vigueur pour faire face aux pressions et aux différentes exigences de la cuisine professionnelle : rester debout durant des heures, sentir les odeurs et la chaleur et la plupart du temps, travailler à des heures et jours fériés (la nuit, les week-ends, les saisons des vacances).
  • Avoir de grandes capacités organisationnelles afin de mieux planifier chaque étape de son emploi
  • Être flexible et être apte à se conformer aux changements. Le cuisinier doit savoir faire face à toutes les difficultés afin d’assurer le bon déroulement de ses opérations.
  • Être créatif: c’est la qualité essentielle qui garantit la réussite d’un cuisinier. S’il sait créer des plats avec les seuls ingrédients mis à sa disposition ou s’il sait marquer sa personnalité dans la revisite d’un menu, il aura une place importante dans les métiers de la cuisine.

Ces qualités se doivent d’être à leur apogée quand le cuisinier tient son propre restaurant.

Le contenu de la formation

La principale mission du cuisinier est de préparer des plats pour un individu ou un groupe d’individus. Il a pour objectif de satisfaire l’appétit de ses clients dans les règles de l’art, c’est-à-dire, en proposant des plats délicieux et savoureux en bouche. L’accomplissement de cet objectif requiert la réalisation d’une formation en cuisine. De plus, l’obtention d’un diplôme est sine qua non pour trouver un emploi dans les grandes entreprises. Ainsi, si vous prévoyez de faire de la cuisine votre lieu de travail, vous avez besoin d’une formation. Heureusement, il existe différents types de formation qui procurent différentes catégories de diplômes, à savoir :

  • Le Certificat d’aptitude professionnelle d’Agent polyvalent de restauration ou CAP APR : se prépare en deux ans dans les lycées professionnels ou dans les écoles privées.
  • Le CAP Cuisine: un diplôme d’Etat de niveau V (type bac+2) qui se prépare dans les écoles de cuisine, les écoles d’hôtellerie, les lycées professionnels ou les Centres de Formation des Apprentis ou CFA. Pour être admis dans ces formations CAP, il faut déposer les dossiers de candidatures à l’établissement qui vous plaît. Un entretien serait ensuite engagé si votre candidature a été sélectionnée. Il vous permettra d’étaler vos motivations pour suivre le cursus.
  • Le Bac Sciences et technologies de la restauration et de l’hôtellerie.
  • La Mention Complémentaire (MC) Arts de la cuisine allégée est un diplôme d’État. Comme toutes les MC, la durée de la formation est d’un an après le CAP ou le BAC en cuisine.
  • La MC Cuisinier en desserts de restaurants: un diplôme national de cuisine, spécialisé dans la confection des desserts de restaurant.
  • Le Brevet Professionnel (BP) Arts de la cuisine: un diplôme national de niveau IV. Le cursus se réalise pendant une durée de deux ans.
  • Le BP Cuisinier
  • Le BTS en Hôtellerie – Restauration se prépare pendant deux ans pour acquérir des compétences managériales dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Il convient de rappeler que les diplômes et les formations proposées peuvent varier en fonction de la spécialité à laquelle l’étudiant aspire. Ainsi, il existe des CAP spéciaux pâtissier, boulanger et charcutier traiteur.

Les formations en cuisines peuvent se faire en cours normal (formation continue) ou en alternance. Elles dépendent du choix de l’étudiant et de sa disponibilité. Grâce à l’existence des cours à distance, les adultes peuvent également participer à la formation. C’est l’occasion idéale pour certaines personnes de réaliser sa reconversion professionnelle, si leur actuel métier leur lasse. Ainsi, les étudiants peuvent conclure un contrat d’apprentissage à l’établissement d’accueil ou un contrat de professionnalisation. Dans ces derniers cas, ce sont les CFA qui sont plus aptes à recevoir les candidatures, tels que les Greta. C’est la dénomination accordée aux groupements d’établissements publics locaux qui organisent des formations pour adultes. Dans le secteur de la cuisine, c’est le Greta-CFA Aquitaine qui forme les apprentis pour devenir des professionnels.

Les cours et les apprentissages en cuisine se terminent à chaque fin de session, que la session soit permanente ou à durée déterminée. Quand l’apprentissage en cuisine en CFA ou les sessions permanentes CAP sont achevés, la session des examens est organisée au niveau collectif.

Les débouchés de la formation

Quand les examens sont validés, les nouveaux cuisiniers entrent dans le vif du sujet. L’évolution dans le domaine de la cuisine dépend de l’expérience acquise par le professionnel. Que vous soyez en reconversion ou en orientation professionnelle, le début de carrière dans le domaine de la cuisine commence généralement avec le commis de cuisine ou l’aide cuisinier. Ses missions sont réalisées sous la surveillance du chef. Le commis de cuisine peut toucher un salaire mensuel environnant les 1 583 € brut.

La hiérarchie du métier et l’évolution de la carrière suivent ensuite l’échelonnage ci-dessous :

  • Le chef de partie est le cuisinier responsable du bon déroulement des opérations de sa partie. Il gagne un salaire moyen de 1 900 € par mois.
  • Le chef de cuisine est le cuisinier confirmé qui dispose de plus grand nombre d’expérience dans la cuisine. Il travaille en étroite collaboration avec la direction et participe à la gestion des provisions.
  • Le directeur de la restauration: est le plus responsable dans le restaurant tout entier. Il gère tout ce qui concerne l’activité de son enseigne. Tout comme pour le chef de cuisine, son salaire mensuel dépend du nombre des clients de la marque.

Le cuisinier peut également travailler en Free-lance et proposer ses services et ses talents en cuisine dans les plateformes et les réseaux sociaux. Il peut se dégager de cette facette du travail indépendant s’il dispose d’une renommée nationale ou internationale dans le monde culinaire et que les demandes foisonnent.

 

Elodie

Spécialisée dans le coaching de carrière, Élodie fournit à ses clients un accompagnement complet dans le cadre d’une orientation ou d’une reconversion professionnelle. Elle a pour mission d’analyser leurs connaissances, leurs acquis, leur personnalité et leurs centres d’intérêt, afin de les aider à choisir le métier le mieux adapté à leur profil et à booster leur carrière.