Formation pro

Reconversion professionnelle : le métier de sage-femme et les débouchés

Le 31 mai 2021 — 8 minutes de lecture
reconversion sage femme

Comme son nom l’indique, environ 98 % des professionnelles de ce métier sont des femmes d’où sages-femmes. Cela indique l’existence de 2% d’hommes pratiquant cette activité. Ils sont les maïeuticiens.

La présence d’une sage-femme est indispensable lors des accouchements. Elle aide et assiste la mère depuis la période de la grossesse jusqu’à l’accouchement. Elle exerce dans le domaine de la Santé. Être sage-femme signifie des études spécifiques avant de pouvoir exercer. Le métier exige des qualités et des compétences précises pour pouvoir pratiquer pleinement cette discipline. Mais les possibilités de débouchés restent diversifiées. Une reconversion professionnelle dans cette profession peut donc devenir intéressante.

Allons voir dans cet article, l’école ou les écoles, formations et concours des métiers des sages-femmes.

Description du métier

Les femmes prédominent sur les hommes dans ce secteur. Avec seulement 2 % de praticiens, ces derniers s’appellent « maïeuticiens ». Une sage-femme intervient avant, pendant et après l’accouchement de la mère.

Avant l’accouchement

En tant que sage-femme, votre responsabilité sera d’effectuer un suivi médical régulier de la femme enceinte. En général, vous effectuerez 7 consultations prénatales avec votre patiente. La surveillance de l’évolution de la grossesse consiste à des examens de routine : mesure du tour de ventre, suivi du poids, échographies, ou encore la vérification du col de l’utérus.

La loi vous permet de prescrire ou de soigner la femme enceinte. Vous pouvez ordonner des analyses de sang et d’urine pour les diagnostics. Une femme subit des transformations physiologiques durant sa grossesse. Vous l’assisterez à bien traverser cette période.

En cas de risque pour la femme et l’enfant, vous pouvez ordonner un arrêt de travail. Vous possédez l’habileté de prescrire des médicaments et des compléments alimentaires pour la bonne santé de la mère et de son futur bébé.

Vous apporterez également un soutien psychologique aux futures mères. Vous les aiderez à avoir un esprit calme et serein au moment de l’accouchement. Vos connaissances sur le corps de la femme vous permettront de reconnaître tous les signes durant cette période. Ils permettront surtout de détecter toutes anomalies ou le début du travail de l’accouchement.

Pendant l’accouchement

Environ 70 % des sages-femmes s’occupent de l’accouchement dans les hôpitaux français. Aux premiers signes de travail, vous appellerez l’obstétricien. Les instruments comme l’échographie et le monitoring vous assisteront dans votre tâche. Pour une naissance normale, le médecin-gynécologue-obstétrique surveillera uniquement l’opération. Il sera prêt à intervenir si nécessaire. Vous ferez appel à un chirurgien et un médecin anesthésiste pour une césarienne.

Après l’accouchement

Après la naissance de l’enfant, les parents peuvent encore solliciter votre expertise. Vos connaissances serviront à assister la mère durant cette phase. Vous prodiguerez les soins nécessaires après l’enfantement. Cela concernera les vaccins, la rééducation du périnée ou encore les soins après une césarienne. Vous conseillerez également la mère sur l’allaitement. Vous accompagnerez les parents durant les premières années du nouveau-né.

Autre rôle

Votre statut peut effectuer un suivi de la femme durant toute sa vie. Vous pouvez prévoir des suivis préventifs pour dépister les risques de maladies. Votre formation et vos capacités vous permettront d’assurer le rôle de gynécologue. Vous conseillerez vos patientes sur les moyens de contraceptions et sur les risques d’addictions (tabac ou autres).

Le profil requis pour devenir sage-femme

Vous intervenez dans le domaine de la médecine. Cette profession nécessite des connaissances médicales et scientifiques. Vos diplômes doivent attester votre capacité à exercer ce métier. Votre savoir vous permettra de prendre les bonnes décisions pour la bonne santé de vos patientes. Vos études et votre formation contribueront à votre professionnalisme.

Le sens relationnel est une aptitude prépondérante. Votre métier consiste lui-même à échanger et à tisser des liens avec vos patientes. Vous installerez un climat de confiance. Cela permettra à la cliente de s’exprimer librement sur ses doutes et ses craintes sur sa vie de femme. La diplomatie et la pédagogie vous aideront à trouver les mots justes pour vos explications et vos conseils.

Dans la médecine, les horaires de travail demeurent flexibles. La sage-femme reste conforme à ce fait. Les durées de travail lors de la naissance d’un enfant peuvent s’étendre sur des heures. En moyenne, un accouchement peut durer 7 heures. Mais des femmes peuvent donner naissance à un nouveau-né en 2 heures. Vous devrez donc vous adapter à ces types de situations.

Cette durée de travail peut avoir raison de votre santé. Le métier de sage-femme requiert une résistance physique et mentale. Les insomnies, la fatigue, le stress contribueront à votre affaiblissement. Votre aptitude à gérer l’adversité et la difficulté vous permettra de rester professionnelle. Le sang-froid aide à garder la maîtrise de vos gestes.

La diplomatie et le tact servent à gérer les situations difficiles avec vos patientes. Les fausses couches et les handicaps peuvent frapper les nouveau-nés. L’annonce de ce type de nouvelles doit se faire avec pédagogie afin d’éviter d’accentuer le choc émotionnel des parents.

Se former pour devenir sage-femme

Le métier requiert un diplôme. Vous devrez suivre une formation de 5 ans après le baccalauréat dans une école spécialisée moyennant des concours pour obtenir un diplôme d’État ou DE. La première année ou option consiste à suivre le parcours spécifique accès santé ou PASS. Vous pouvez aussi choisir d’effectuer une licence avec option « accès santé ».

Vous effectuerez la première année commune aux études de santé ou PACES. Durant cette période du PACES, vous côtoierez tous les étudiants en sciences voulant faire carrière dans le domaine ou les métiers de la médecine. Après cette période préparatoire, vous suivrez des études de 4 ans.

Il existe au total 35 établissements reconnus et agréés par le ministère de la Santé en France. Dans le premier cycle de vos études, vous alternerez la théorie et la pratique. Ce dernier consiste à faire des stages courts. La validation de cette partie vous octroie le diplôme de formation générale en sciences maïeutiques ou DFGSMA.

Le second cycle consiste à vous préparer à la pratique. Vous effectuerez différents stages de perfectionnement. Vous devrez préparer votre mémoire de fin d’études également. La validation de cette partie vous donne droit au diplôme d’État de sage-femme.

Les études dans la maïeutique sont comme toutes les autres filières. Durant votre formation, vous devrez bénéficier du même traitement que tous les étudiants. Cela concerne la médecine préventive, le sport et les autres avantages.

Le salaire et les débouchés

En choisissant ce métier, vous décidez de rester dans le secteur de la médecine et des activités paramédicales.

Vous pouvez exercer dans les centres hospitaliers dans différents services. Vos compétences peuvent servir en salle d’accouchement, en service de suites de couches, en service de grossesse à haut risque ou encore en Procréation Médicalement Assistée ou PMA. Vous pouvez prétendre à des postes dans d’autres services. En moyenne, les débutants dans le métier perçoivent aux environs de 1 800 € brut par mois. La présence des primes et l’expérience augmenteront considérablement vos revenus.

L’exercice en libéral du métier, vous pratiquerez votre métier depuis un cabinet privé. Mais vos activités resteront similaires à celles des salariés en hôpital. Par exemple, vous suivrez l’état des grossesses de vos patientes. La femme enceinte peut venir sur votre lieu de travail pour une consultation, ou effectuer cette intervention à domicile. Le revenu moyen d’une sage-femme dans le libéral avoisine les 2 300 € bruts par mois.

D’autres possibilités d’exercice peuvent s’offrir à vous. Vous pouvez postuler pour un emploi dans un Centre Maternel, ou dans la protection de la femme et de l’enfant, ou encore devenir une sage-femme enseignante.

Conclusion

Être sage-femme signifie des études spécifiques avant de pouvoir exercer. Le métier exige des qualités et des compétences précises pour pouvoir pratiquer pleinement cette discipline. Mais les possibilités de débouchés restent diversifiées. Une reconversion dans cette profession peut donc être particulièrement intéressante.

Pascal

Pascal est un conseiller en création d’entreprise. Il accompagne les entrepreneurs dans l’optique de garantir la viabilité de leur projet et le bon développement de leur structure professionnelle. Il analyse la faisabilité de chaque projet de création d’entreprise, aide l’entrepreneur dans le choix du statut juridique et dans celui des partenaires financiers.