Métiers

Chauffeur livreur : son salaire en fonction de son statut

Le 27 mai 2021 — 7 minutes de lecture
Chauffeur liveur

Le métier de chauffeur-livreur vous intéresse ? Et vous êtes à la recherche d’offres d’emploi chez les entreprises ? On vous donne tous les aspects du métier et du poste dans cet article jusqu’à la grille des salaires.

Le chauffeur-livreur passe ses journées au volant d’un véhicule léger pour faire des livraisons ou des reprises de de marchandises auprès des particuliers ou des entreprises. Il effectue des trajets de courte durée en étant responsable et en respectant toujours les règles de sécurité routière. Pour de telles missions, combien gagne ce conducteur sur son salaire ou ses salaires ? Allons donc voir quels sont les offres et avantages de ce métier en entreprise !

Activités d’un chauffeur-livreur

Le chauffeur-livreur est un agent important de la chaine logistique. Il assure la dernière étape d’acheminement des produits au client final ou en assurant la gestion des retours. Le travail d’un chauffeur-livreur est un des métiers de la logistique et du transport le plus demandé sur le marché de l’emploi. Généralement, il exerce sa profession dans la conduite d’un véhicule léger, mais il est rare que le métier nécessite un permis C ou CE (poids lourd). Le premier rôle de ce conducteur est d’être responsable de son outil de travail, c’est à dire de maintenir son véhicule en bon état de marche. Cela englobe les contrôles mécaniques et électriques, l’entretien du véhicule, le diagnostic et les interventions en cas de panne.

Non seulement, en mécanique, mais le métier demande aussi la réalisation des tâches administratives. Le chauffeur-livreur est en charge des contrôles et travaux administratifs qui comprennent les documents personnels, de bord et de transport, tachygraphe, feuille de prestations, formalités douanières, établissement d’un itinéraire. Et en cas d’accident ou d’incident, il se charge du suivi des formulaires de constat, la détermination et l’ampleur des dégâts, les mesures de sécurité, les appels aux autorités et les moyens d’éviter l’incendie.

Conditions d’exercice du métier

Le chauffeur-livreur est à la fois un conducteur et un technicien maintenance. Il exerce son emploi de manière autonome, même dans des conditions routières et météorologiques dangereuses. Seulement dans des cas d’exception (aide pour le déchargement, montage éventuel, etc), qu’il est accompagné par un assistant, un collègue ou un commercial de l’entreprise. Mais généralement, le chauffeur-livreur n’a pas beaucoup de relation avec ses collègues directs.

Les horaires de travail du livreur ou du technicien sont fixés en avance par l’entreprise, son chef ou son responsable. Par ailleurs, dépendamment de la nature de l’activité, il se peut que le chauffeur-livreur travaille sur des heures décalées : tôt le matin ou tard le soir. Parfois, l’exercice du métier propose des déplacements dans un rayon d’action qui permet souvent un retour quotidien au lieu de stationnement du véhicule. Le quotidien du livreur peut être stressant et fatigant : des heures passées au volant, sortir et entrer dans le véhicule, le déplacement de charges de nature et de poids variables et le respect de délais d’acheminement impératifs.

Prérequis nécessaires au poste

Le permis B est nécessaire pour exercer le métier de chauffeur-livreur et être déclarée apte à la visite médicale obligatoire. Il est également exigé d’avoir un casier judiciaire vierge. Le métier de chauffeur-livreur est un travail physique et il est donc préférable d’être de bonne condition physique et ne présente aucune maladie chronique avant de postuler à un emploi.

Il est à noter que parfois, il est nécessaire d’avoir d’autres types de permis pour le transport routier de marchandises. On distingue quelques différentes catégories de permis selon le type de véhicule :

  • C : véhicules dont le PTAC est de plus de 3,5 tonnes.
  • CE : véhicule de catégorie C attelé d’une remorque de plus de 750 kg.
  • C1 : véhicule dont le PTAC est compris entre 3,5 et 7,5 tonnes.
  • C1E : véhicule de catégorie C1 dont la remorque pèse plus de 750 kg.

Ce métier est accessible sans diplôme ni expérience professionnelle, mais il existe plusieurs formations recommandées, comme :

  • le CAP conducteur livreur de marchandises,
  • BEP conduite et services dans le transport routier
  • le Titre professionnel de conducteur livreur sur véhicule utilitaire léger.
  • Certaines structures peuvent également exiger le Certificat d’Aptitude à la Conduite en Sécurité (CACES) ou des habilitations spécifiques (certificats de formation ADR) selon les produits transportés (produits pétroliers, radioactifs).

Quelques qualités sont aussi utiles :

  • Avoir un bon relationnel
  • Sens de l’organisation et sens pratique
  • Esprit d’initiative
  • Aptitude à travailler de façon indépendante et en équipe
  • Résistance physique
  • Bonne acuité visuelle
  • Expérience ou connaissance de la ville souhaitée.

Connaissances linguistiques

Même s’il n’est pas exigé de savoir parler plusieurs langues dans le métier, il est beaucoup apprécié d’avoir quelques connaissances linguistiques, car l’agent conducteur peut être amené à être en contact direct avec des clients étrangers dans d’autres entreprises. Mais, à part un prérequis commun du domaine transport logistique est de savoir lire et écrire le français.

Formations spécifiques

Quelques formations spécifiques sont toutefois fondamentales :

  • Cours de Français oral et écrit ;
  • Initiation informatique ;
  • Calcul professionnel ;
  • MRE-méthodologie de recherche d’emploi ;

Évolution du métier

Le métier de chauffeur-livreur présente des évolutions techniques et technologiques. Cela concerne surtout les outils de travail. L’innovation technique et technologique tend le livreur à devenir technicien voire ingénieur en mécanique pour être autonome.

Les véhicules sont de plus en plus modernisés. Il est maintenant possible d’intégrer de nouveaux composants électroniques tels qu’un ordinateur de bord, un GPS, un outil de repérage par satellite. Et aujourd’hui en France, de nouvelles normes européennes en matière de protection de l’environnement imposent l’application de nouvelles stratégies à l’exercice du métier : l’éco-conduite, l’espacement des entretiens…

En passant d’autres permis, un chauffeur-livreur peut se reconvertir vers la conduite de poids lourds ou le transport de voyageurs. Il lui est possible d’obtenir une spécialisation dans le transport d’animaux ou de produits dangereux avec les habilitations nécessaires. Il peut également se reconvertir et exercer des emplois sédentaires comme le poste de manutention, de magasinage ou d’organisation du trafic.

Salaire d’un chauffeur-livreur

Le métier de chauffeur livreur propose la réalisation de nombreuses heures supplémentaires et parfois un délai de travail au-delà de la limite légale. Il peut atteindre 60 heures de travail par semaine, ce qui lui permet souvent la possibilité de négocier le salaire ou les salaires adéquats. Grâce à cette grande flexibilité du temps de travail, le chauffeur livreur peut même espérer toucher entre 1.500 et 2.500 € net par mois.

Par ailleurs, en début de carrière, un chauffeur-livreur est rémunéré au S.M.I.C. Et dans ce secteur, les pourboires venant du client constituent un surplus non négligeables aux revenus.

Elodie

Spécialisée dans le coaching de carrière, Élodie fournit à ses clients un accompagnement complet dans le cadre d’une orientation ou d’une reconversion professionnelle. Elle a pour mission d’analyser leurs connaissances, leurs acquis, leur personnalité et leurs centres d’intérêt, afin de les aider à choisir le métier le mieux adapté à leur profil et à booster leur carrière.